Pratiquer l EFT avec les enfants – Caroline Burel et Jean-Christophe Dulot

Besoin de 5 outils pour GÉRER et LIMITER les crises avec BIENVEILLANCE,

et en finir avec le sentiment d'être un "mauvais parent" ?

Cette semaine, je vous présente un petit livre rapide à lire, intelligent et résolument pratique, sur l’utilisation de l’EFT avec les enfants.

pratiquer-eft-avec-les-enfants

L’EFT (Emotional Freedom Technique), que je vous présente dans mon petit guide “5 outils pour gérer et limiter les crises avec bienveillance”, fait partie des techniques les plus connues de la psychologie énergétique, à la frontière entre les thérapies du langages et celles de l’énergétique (médecine chinoise, méridiens…).

Je suis en train de finaliser mon parcours de psycho-énergéticienne certifiée, pour pouvoir encore mieux accompagner les parents en difficulté qui veulent que ça se passe (enfin) bien avec leur enfant, et j’adore la puissance de l’EFT, associée à sa remarquable simplicité. Tellement simple que l’autre jour, stimulant les points d’EFT sur moi pour calmer mon petit de 3 ans qui n’avait pas franchement envie d’aller en classe, j’ai remarqué que son copain, assis à côté de moi avec le même manque de volonté de rejoindre les autres, a reproduit mes gestes avec une aisance déconcertante! Ce jour-là, ils ont fini par aller d’eux-mêmes ensemble en classe, le pas un peu lourd certes, mais tous seuls, sans pleurs ni angoisse de séparation. Une belle victoire!

 

Ce petit livre passe très vite sur ce qu’est l’EFT, et comment ça fonctionne, ce qui pourra dérouter le lecteur plus “intello” découvrant l’EFT et qui ne trouvera pas forcément de réponses à ses questions (il existe d’autres ouvrages, comme l’EFT pour les nuls, pour cela). Mais les protocoles décrits sont très concrets, ce qui permet de pratiquer très rapidement, même imparfaitement, avec son enfant.

Les enfants étant encore très connectés à la fois à leurs émotions et à leur inconscient, l’EFT fonctionne très bien pour eux, très rapidement. Même si les stimulations sont effectuées sur un doudou, ou sur le parent qui se tapote lui pour le compte de son enfant. C’est ce que je faisais ce matin-là: mon benjamin étant très chatouilleux, il ne supporte pas que je lui stimule les points de la ronde EFT. Même des pressions légères le gênent et il repousse ma main. Alors j’ai pris l’habitude de me stimuler moi, pour lui, en utilisant des mots qu’il pourrait dire, et en le tenant sur mes genoux tout contre moi. Je sens la détente qui s’opère dans son corps, le changement dans ses postures ou même dans son discours. Quand il répète en boucle “je veux pas aller à l’école”, et qu’il passe à “tu peux me dessiner un cœur sur la main?” (c’est notre rituel de séparation du matin, quand c’est trop difficile je lui dessine un cœur et puis je dépose dedans des bisous d’amour et des bisous “prout” qui le font rire, et il est alors prêt pour rejoindre la classe), je sais que ça a fonctionné.

 

Mais sans plus attendre, voici mon résumé du livre:

 

1. De l’émotion au stress chez l’enfant

J’ai beaucoup aimé ce chapitre car il présente des choses assez complexes de manière très simple à comprendre.

Lorsqu’un être humain, enfant ou adulte, vit un évènement qui le déstabilise, ou lorsque l’un de ses besoins fondamentaux n’est pas comblé, il ressent une ou plusieurs émotions.

Ces émotions, de courte durée, sont comme des signaux d’alerte nous prévenant qu’il faut agir pour rétablir l’équilibre ou combler notre besoin. Lorsque l’on peut agir, nous revenons à l’équilibre et l’émotion, qui a produit son effet, s’en va comme elle est venue.

Mais parfois la situation s’installe, dure, ou est récurrente, ou plus simplement nous n’agissons pas pour remédier à la situation. Alors l’émotion s’ancre, des pensées négatives ou de renforcement s’installent, et naît un sentiment, beaucoup plus durable. L’exemple typique est celui de la colère. Notre chef, au bureau, nous lance (comme à son habitude) une petite remarque assassine sur notre travail. Une émotion de colère nous prend, on voudrait l’étriper, lui faire ravaler sa petite phrase, lui montrer… mais on ne fait rien, car “ce n’est pas poli”, ou “à quoi bon”, ou encore “peut-être que je le méritais”, voire “je vaux mieux que ça” ou encore “les vrais professionnels ne se mettent pas en colère”.

Mais toute la journée, on rumine. Notre humeur devient massacrante. Notre émotion de colère, non vécue, se transforme en (res)sentiment. Et le soir, à la moindre peccadille nous “tombons” sur les êtres qui nous sont les plus chers: notre conjoint, nos enfants…

Lorsque les sentiments négatifs sont nombreux, récurrents, fréquents, alors s’installe un stress diffus permanent qui génère des hormones, comme le cortisol, délétère pour la santé (notamment celle du cerveau). Pour plus de détail, vous pouvez lire mon article sur le livre “La science au service des parents”.

 

On dit souvent que l’enfance est l’âge de l’insouciance. Mais une étude de l’UNICEF réactualisée en 2014, sur plus de 11 000 enfants, montre au contraire que plus d’un tiers des enfants sont en souffrance psychologique. Plus d’un tiers!

Il est donc vraiment utile de s’intéresser au stress que vivent les enfants d’aujourd’hui, et de leur apporter des solutions concrètes,comme l’EFT, pour s’apaiser.

 

Les auteurs rappellent avec justesse le rôle des parents auprès de leurs enfants:

  • nourrir les besoins fondamentaux de l’enfant (on peut se référer à mon article présentant le livre “Les mots sont des fenêtres, ou bien ce sont des murs”, de Marshall Rosenberg, pour trouver une liste de ces besoins fondamentaux; les auteurs en fournissent également en fin d’ouvrage)
  • transmettre une relation solide, faite d’accueil et de bienveillance
  • l’aider à développer des habiletés sociales

Selon moi, de même que les mamans suivent une préparation à l’accouchement, les parents devraient suivre quelques séances de préparation à la parentalité, au cours desquelles on leur présenterait ce rôle, les différentes phases de développement de l’enfant et comment l’accompagner au mieux tout en respectant ses propres besoins fondamentaux.

 

Enfin, les auteurs rappellent que pour pouvoir fonctionner, l’EFT a besoin de se baser sur des faits précis: pour cela, il faut questionner l’enfant. Mais attention, il ne s’agit pas d’un interrogatoire! L’objectif est de recueillir, sans jugement de notre part, un maximum d’informations sur:

  • les faits (où, quand, comment, avec qui, etc…)
  • les émotions qui sont apparues (peur? honte? colère? tristesse? dégoût? surprise? etc…)
  • les pensées qui ont découlé (“je suis nul”, “c’est toujours pareil avec la maîtresse”, etc…)
  • les sensations corporelles qui accompagnent ces émotions et ces pensées (gorge qui se serre, nœud dans le ventre, envie de vomir, etc…)
  • les peurs éventuellement associées (peur de ne jamais y arriver, que ses parents ne l’aiment plus, de pleurer devant tout le monde, que les autres se moquent, etc…)

L’absence de jugement du parent est la clé pour que l’enfant parle. S’il commence à exprimer des émotions, des pensées ou des peurs, et que par automatisme, on lui répond “mais non tu n’es pas triste”, ou “bien sûr que tu n’es pas nul”, ou encore “tu comprends, la maîtresse a beaucoup d’enfants à s’occuper, c’est normal qu’elle ne s’occupe pas toujours de toi”, l’enfant va se fermer comme une huître et se sentira incompris.

Il faut donc être prêt à prendre un peu de temps, et seulement écouter, voire reformuler ce que l’enfant vient de dire, même si cela nous bouleverse (on peut toujours stimuler les points d’EFT sur soi pour se calmer si ce qu’a vécu notre enfant est trop douloureux à entendre pour nous!).

temps de qualite

photo ambermb/Pixabay

 

 

2. EFT: la recette de base

L’EFT fonctionne avec les principes de base de la médecine chinoise, selon laquelle le corps humain est balayé par des courants d’énergie qui circulent le long de méridiens. Lorsque tout va bien, l’énergie circule bien, on se sent en forme, on a de l’énergie à revendre, notre humeur est bonne.

Mais parfois on a un “coup de mou”, notre humeur se dégrade, on tombe malade… C’est que l’énergie circule moins bien, voire est complètement bloquée, sur l’un ou l’autre (ou plusieurs) des méridiens. Sur ces méridiens, certains points sont plus sensibles que d’autres, et en les stimulant (par l’acupuncture, l’acupressure, en tapotant ou massant le point, ou en le chauffant), on peut relancer la circulation de l’énergie, et ainsi revenir à un état d’équilibre énergétique optimal.

Lorsque nous vivons une émotion, sans pouvoir l’exprimer ou agir, l’énergie se bloque et circule moins bien. Grâce à l’EFT, en revivant l’évènement à l’origine de cette émotion, on permet à l’énergie de circuler à nouveau; le souvenir de l’évènement désagréable reste, mais il n’a plus d’effet négatif sur notre corps: nous sommes libéré (EFT = Emotional Freedom Technique = technique de libération de l’émotion).

Ce que la science a prouvé, notamment grâce aux travaux de l’excellent Dawson Church (auprès de qui je me suis formée à l’EFT), auteur du livre “le génie dans vos gènes”, c’est que l’EFT permet de créer de nouvelles connexions neuronales, ce qui revient à se “reprogrammer” le cerveau. C’est ce qui explique la puissance de cet outil, particulièrement dans les cas de phobies ou de syndrome de stress post-traumatique: en quelques séances, des personnes phobiques peuvent être confrontées à l’objet de leur phobie sans plus ressentir de gêne; et des personnes souffrant de grave symptômes de stress post-traumatique peuvent reprendre une vie normale.

Chez les enfants, cela va encore plus vite. D’une part, parce que les traumas d’enfance qui nous envoient chez le psy à l’âge adulte (pour comprendre pourquoi on semble fonctionner en boucle et toujours reproduire un même scénario) sont encore tous frais chez les enfants. On peut donc les “déprogrammer” beaucoup plus facilement et rapidement. Mais aussi parce que l’EFT, avec ses phrases et ses tapotements, peut être très ludique, et que les enfants aiment s’amuser. Enfin parce que dès qu’ils voient à quel point ça marche bien, ils en redemandent!

 

Note: il est important de rappeler que le corps humain est constitué à environ 60% d’eau. Pour que l’énergie circule bien, il faut donc s’assurer d’être bien hydraté! C’est pourquoi il faut penser à boire un verre d’eau avant de commencer, et aussi au bout de quelques rondes, quand on sent que “ça bouge” (dans l’émotion, les sentiments, les pensées, ou les sensations corporelles).

 

Et maintenant, les points. Les voici:

points EFT v2

illustration Caroline/MoiParentBienveillant

L’objectif est de stimuler, par 7 à 8 tapotements à chaque fois, chacun des points du buste, en commençant par le sommet de la tête puis en descendant (histoire de n’oublier aucun point). Lorsqu’on est arrivé au point le plus bas, on a effectué ce qu’on appelle une “ronde”. Pour les points qui se trouvent à droite et à gauche, vous pouvez choisir de stimuler à droite, ou à gauche, ou les 2 en même temps: les études ont montré que cela n’avait pas d’importance. De même, si vous oubliez un point, ou si vous vous mélangez un peu, ce n’est pas très grave. Quelques rondes suffisent généralement à modifier la perception négative que l’enfant avait de la situation, parfois même une seule ronde! Guettez son visage, sa respiration, son tonus musculaire si vous le tenez sur vos genoux pendant que vous stimulez les points. Tout à coup, quelque chose “lâche” et l’enfant est plus calme, plus serein, où il bâille. Ce peut être aussi un changement dans ce qu’il dit, tout à coup il ne perçoit plus la situation aussi négativement, voire il a soudain envie de passer à autre chose et de jouer! Tant pis si vous n’avez pas “fini”, c’est que pour lui, c’est résolu!

 

Les auteurs présentent ensuite la “recette de base” en 3 phases:

  • 1ère phase: la préparation. L’objectif est d’accueillir le problème, dans toutes ses dimensions (émotions, sentiments, pensées, sensations corporelles, peurs), et d’activer, par la répétition et en revivant la situation en pensée, les circuits neuronaux qui étaient actifs au moment de la situation (des circuits neuronaux de réponse au stress). Pour ce faire, il faut questionner l’enfant, comme on l’a vu plus haut, puis énoncer et répéter (3 fois en tout), à voix haute et tout en stimulant le point karaté (sur le côté de la main), une phrase comportant les éléments suivants:
    • même si j’ai… (ce problème)
    • et que je… (émotion ou sentiment ressenti, pensée, sensation corporelle, peur)
    • j’accepte d’avoir (ressenti cette émotion ou ce sentiment, eu cette pensée, cette sensation corporelle ou cette peur)
    • et je suis un super petit garçon / une super petite fille (on peut même ajouter “et mes parents m’aiment”)

Attention à éviter autant que possible le verbe être dans la première partie de la phrase. Dire “je suis” est une formulation très puissante, car cela revient à définir notre identité. Or on ne peut pas être défini par une émotion (passagère), une pensée (nous en avons des milliers voire des millions chaque jour), un sentiment, une sensation corporelle ou une peur! Il faut donc bien veiller à reformuler: par exemple, si votre enfant vous a dit “Je suis nul”, dites “même si je me sens nul”. S’il vous a dit: “je suis en colère”, reformulez en “même si j’éprouve beaucoup de colère”. De même, si c’est vous qui parlez à la place de votre enfant, utilisez le “je” et non le “tu”, cela fonctionne mieux.

  • 2ème phase: la séquence.  L’idée est de faire une à plusieurs rondes en énonçant, en même temps que l’on stimule un point, une phrase reprenant les mots de l’enfant. Dans cette phase-là, on ne doit formuler que du négatif. C’est très important, car ces mots négatifs permettent de maintenir actifs les circuits neuronaux de la situation désagréable, tout en envoyant dans le corps, grâce aux stimulations, un profond message de sécurité et de calme. C’est ce double message paradoxal envoyé au cerveau (d’un côté, le stress, de l’autre, le calme) qui va lui permettre de recréer un autre circuit neuronal, apaisé, lorsque l’enfant se remémorera la situation.

Prenons un exemple: votre fils s’est fait gronder par la maîtresse. Il s’est senti honteux, et en même temps en colère, car il a été le seul grondé alors qu’il n’était pas le seul à faire le zouave. Il a pensé que la maîtresse était nulle, et qu’elle ne l’aimait pas. Cela lui a fait de la peine car lui, il l’aime bien et du coup il a ressenti une boule dans le ventre. Il a peur qu’elle ne l’aime plus pour de bon.

Dans ce cas-ci, la phrase de préparation pourrait être “même si je me suis fait gronder par la maîtresse, et que je me suis senti honteux et en colère, j’accepte de m’être senti honteux et en colère; je suis un super petit garçon et mon papa et ma maman m’aiment” (à dire 3 fois en stimulant le point karaté, sur le côté de la main). La séquence serait ensuite:

  • sommet de la tête: la maîtresse m’a grondé
  • début du sourcil: j’ai eu honte
  • coin de l’œil: et puis je me suis senti en colère
  • sous l’œil: c’était pas juste, j’étais le seul à me faire gronder
  • sous le nez: elle est nulle cette maîtresse
  • sur le menton: elle aurait dû gronder tous les enfants qui faisaient les idiots
  • sous les clavicules: je crois qu’elle ne m’aime pas
  • sous le sein: ça me rend triste parce que moi je l’aime bien
  • sous le bras: j’ai peur qu’elle ne soit plus jamais gentille avec moi, qu’elle ne m’aime plus

Lorsque cette première ronde est terminée, on peut en faire une seconde, avec les mêmes mots ou avec des variantes, en explorant par exemple ses sensations physiques de l’enfant: il a évoqué une boule dans le ventre: quelle est sa taille? est-elle chaude ou froide? dure ou molle? de quelle couleur est-elle? Puis on fait une pause, et on demande à l’enfant comment il se sent désormais. S’il se sent vraiment mieux (voire qu’il semble déjà passé à autre chose), c’est parfait, on peut s’arrêter là.

  • 3ème phase: la séquence d’approfondissement. Si l’enfant semble toujours pris dans des émotions négatives, buvez tous deux un peu d’eau, puis questionnez-le doucement à nouveau: peut-être une nouvelle émotion est apparue, ou un épisode plus ancien lui est revenu en mémoire. D’autres rondes peuvent donc être effectuées sur ces nouveaux éléments qui ont surgi, jusqu’à ce que l’enfant se sente mieux.

 

Lorsque vous sentez que l’enfant commence à se détendre, ou que son humeur change, on peut alors (mais pas avant!) lui proposer des rondes pour changer de cap et le rendre plus fort face à une situation similaire qui se reproduirait dans le futur. On appelle cela aussi le recadrage.

Pour cela, la question à poser à votre enfant est “Qu’aurais-tu aimé à la place?”. Dans notre exemple, il va peut-être dire des choses comme: “j’aurais aimé qu’elle voie que je n’étais pas tout seul, qu’elle gronde ou tout le monde ou personne, ça aurait été plus juste. J’aurais aimé qu’un enfant lui dise que ce n’était pas juste. J’aimerais lui demander pardon d’avoir fait le zouave, et qu’elle me dise qu’elle m’aime toujours.”

En plus des mots de l’enfant, le parent va alors proposer à l’enfant de nouvelles rondes d’EFT, en y intercalant des éléments permettant à l’enfant de donner du sens à son ressenti et à la situation. Dans notre exemple, on pourrait dire:

    • sommet de la tête: la maîtresse m’a grondé et ça m’a mis en colère
    • début du sourcil: la réalité c’est que j’avais fait le zouave et que ça a dû la mettre en colère
    • coin de l’œil: mais ce n’était pas juste que je sois le seul à me faire gronder
    • sous l’œil: les adultes ne sont malheureusement pas toujours justes
    • sous le nez: et peut-être qu’elle n’avait pas vu les autres
    • sur le menton: ou peut-être qu’elle était spécialement agacée ce jour-là
    • sous les clavicules: elle aurait pu réagir autrement
    • sous le sein: mais je ne peux pas changer le passé
    • sous le bras: j’avais le droit de me sentir honteux et en colère

 

Attention, vos formulations doivent “parler” à l’enfant. S’il dit non, s’il vous reprend, ou change la phrase, suivez-le dans ce qu’il dit. Au contraire, s’il acquiesce, s’il bâille, c’est que vous êtes sur la bonne voie. Parfois, l’enfant nous coupe et dit une nouvelle chose: stimulez les points avec ce qui vient. N’hésitez pas à boire un peu d’eau après quelques rondes!

 

A la toute fin, si l’enfant vous en laisse le temps (car s’il va mieux, son énergie câblée sur la joie risque fort de l’entraîner vers d’autres activités), vous pouvez faire une ronde ou deux pour ancrer le positif, pour le cas où l’enfant vivrait à nouveau une situation similaire. Dans notre exemple, une prochaine fois, l’enfant pourrait se sentir moins mal parce qu’il comprend que la maîtresse a aussi le droit d’être excédée quand les enfants font les zouaves, et que même si elle se trompe en ne grondant qu’un seul enfant, elle ne va pas cesser de l’aimer pour autant. Dans cette phase, il peut être intéressant d’ouvrir les possibilités: “peut-être que la prochaine fois je me sentirai toujours en colère, honteux et triste”, et “peut-être que la prochaine fois j’aurai juste envie de lui demander pardon d’avoir fait le zouave”.

 

3. Améliorez votre pratique

Comme toute technique, l’EFT demande un peu de pratique. Les points d’acupuncture à stimuler sont très précis, même si on constate de bons résultats malgré des tapotements “à côté”. Après quelques essais, vous vous sentirez vite plus à l’aise, car les points sont tout de même assez faciles à retenir!

Ce chapitre donne des pistes précieuses pour adapter l’EFT à votre enfant, à votre famille.

Tout d’abord, dans le protocole EFT officiel, pour les adultes, la phrase de préparation se termine plutôt par “même si j’ai (ce problème), je m’aime et je m’accepte profondément et complètement”, ou “je m’aime, je m’accepte et je me respecte” (on peut ajouter “comme je suis”). Pour les enfants, on va préférer des phrases comme: “je suis un enfant super génial”, ou “mes parents m’aiment”, ou “je fais du mieux que je peux”, ou “je suis à ma place dans cette famille”, ou encore “je suis le Lionel Messi des maths” (si Lionel Messi est l’un de ses héros).

Lorsqu’on attaque la séquence, il est possible que l’enfant, sous l’emprise d’une émotion ou d’une douleur trop forte, n’arrive pas à parler. Dans ce cas-là, on peut commencer à tapoter sur les différents points d’une ronde, sans parler. On peut aussi simplement masser les points sensibles, qui se trouvent de chaque côté du buste, à l’aplomb du téton, à mi-chemin entre la hauteur de la clavicule et la hauteur du téton. On les appelle les points sensibles parce que justement, quand on les masse, c’est un peu plus sensible qu’ailleurs. Masser cette zone apporte beaucoup de réconfort lorsque l’on est en proie à des émotions suffisamment fortes pour nous empêcher de parler: ne pas hésiter à l’utiliser, si votre enfant vous laisse le faire (certains sont beaucoup trop chatouilleux pour ça!).

On peut aussi pratiquer le SET (Simple Energy Technique), qui consiste à stimuler les points de la ronde, tranquillement, tandis que vous pratiquez l’écoute active avec votre enfant. Un peu moins formel que la formule EFT de base, le SET permet d’évacuer tous les “grains de sable” de la journée, avec beaucoup de facilité.

Dans une séance d’EFT “classique”, on utilise la plupart du temps un baromètre pour évaluer l’intensité des émotions ou des sensations, de 1 (quasiment pas) à 10 (totalement submergé). C’est très utile pour mesurer l’efficacité des rondes, et aussi, pour le praticien, pour évaluer ce qui se passe chez son patient. Parfois certains patients extériorisent peu et sont pourtant dans une très grande souffrance émotionnelle! Pour les enfants, l’échelle numérique peut avantageusement être remplacée par des questions comme: “ta colère, elle est grande comment?”, et on l’invite à nous montrer avec ses mains (et si c’est d’ici jusqu’à la lune… on est fixé!).

Ce qui fonctionne bien avec les enfants, c’est aussi d’évoquer des animaux. Pour évaluer l’intensité du ressenti, mais aussi pour transposer la situation à un animal, pour qu’elle soit moins douloureuse à revivre pour l’enfant.

On peut également pratiquer l’EFT de manière plus discrète, en massant les points sensibles au lieu de stimuler le point karaté pendant la phrase de préparation, puis en utilisant les points de la main pour effectuer les rondes. Dans ce cas-là, il suffit de se pincer le bout des doigts d’une main avec l’autre main, en commençant par le pouce jusqu’à l’auriculaire, puis en recommençant autant de fois que nécessaire.

 

Parfois, l’enfant refuse de tapoter les points. Dans ce cas, mieux vaut ne pas insister: l’enfant a le droit de vouloir rester avec sa douleur ou son émotion négative. Il n’a peut-être pas envie qu’on cherche une solution, mais simplement qu’on entende son mal-être.

Cela peut s’avérer très frustrant pour son parent, qui peut tout à fait faire de l’EFT sur lui-même, pour apaiser cette frustration!

Mais on peut aussi pratiquer de l’EFT par procuration, en se glissant dans la peau de son enfant, par la pensée en essayant d’imaginer ce qu’il ressent, et en verbalisant: “pour quelques instants, je suis maintenant (prénom), mon enfant”. Il suffit ensuite de stimuler les points sur nous-mêmes, en disant les mots que notre enfant pourrait dire. On peut rester à proximité de notre enfant, pour qu’il nous entende et rectifie le cas échéant, ou on peut s’isoler. A la fin, on n’oublie pas de préciser: “je redeviens moi-même désormais et je laisse mon enfant être pleinement lui-même”.

Avec les plus petits, ou les enfants hypersensibles, on évitera de tapoter les points; avec les bébés on évitera même carrément le dessus de la tête, trop fragile. Par contre on peut masser doucement les points, ou utiliser un doudou. Il existe des doudous EFT avec les points qui sont identifiés avec des couleurs, et un petit peut prendre beaucoup de plaisir à tapoter les points du doudou (ou à vous regarder tapoter le doudou) tout en évoquant son problème. Et ça fonctionne!

 

Si vous découvrez l’EFT alors que vos enfants sont déjà adolescents, vous pouvez toujours leur proposer: s’ils acceptent d’essayer, c’est super, mais il est aussi possible qu’ils refusent de prime abord. La solution consiste à pratiquer sur vous, en leur présence, lorsque vous vivez des émotions difficiles. Les auteurs rapportent que de nombreux adolescents d’abord réticents s’y mettent “en cachette” dans leur chambre, ou finissent par solliciter leur parent pour un copain en difficulté.

Enfin, l’EFT est un bel outil pour faciliter les apprentissages. D’abord pour favoriser la concentration, mais aussi pour être “ici et maintenant” en éliminant les pensées comme “c’est nul les devoirs”, “je préfèrerais faire autre chose”, “j’ai trop de devoirs”… L’EFT est également utile dans les activités sportives, artistiques, pour se libérer des croyances négatives et alléger le stress de l’examen, handicapant, en ne gardant que le “bon” stress, celui qui booste.

 

4. Protocoles et outils pour les parents et les enfants

Dans cette partie du livre, les auteurs proposent de nombreux protocoles, complets, pour guider le lecteur débutant dans sa pratique d’EFT. En voici la liste:

  • gérer une émotion (pour le parent)
  • se libérer de la culpabilité (pour le parent)
  • je fais pipi au lit
  • apaiser les douleurs et symptômes physiques
  • gérer un stress par anticipation
  • aider son enfant à s’apaiser au moment du coucher
  • aider son bébé à s’endormir

Les auteurs rappellent enfin qu’en cas de crise, la première personne sur qui faire l’EFT, c’est soi-même!

Ils proposent pour terminer 3 méthodes complémentaires pour s’apaiser: l’ECAP (issue du brain gym, qui permet de remettre en phase les cerveaux droits et gauches qui ont parfois tendance à être déséquilibrés), la méditation (qui a des effets connus et démontrés sur l’activité cérébrale et les modifications neuronales) et la pose TAT, idéale pour se recentrer.

Parmi les ressources proposées en fin d’ouvrage, il y a une roue des émotions pour faciliter le travail avec les enfants qui ont encore du mal à nommer leurs émotions. Pour en avoir utilisé des similaires, je sais que c’est très utile pour les enfants les plus jeunes (avant 6 ou 7 ans).

 

J’espère que cette présentation vous aura donné l’envie d’en savoir plus! Et je souhaite que cette lecture vous aide à apporter plus de zen et de simplicité dans votre vie de famille.

Et si les difficultés que vous rencontrez avec vos enfants vous semblent trop délicates à traiter en autonomie, n’hésitez pas à faire appel à un spécialiste! Si vous souhaitez travailler avec moi, n’hésitez pas à me contacter, je serais ravie de vous aider.

Enfin, comme toujours, si cet article vous a plu et que vous pensez qu’il peut aider une personne de votre connaissance, likez et partagez!

Et si vous découvrez ce blog, n’hésitez pas à télécharger mon guide GRATUIT:

Besoin de 5 outils pour GÉRER et LIMITER les crises avec BIENVEILLANCE,

et en finir avec le sentiment d'être un "mauvais parent" ?

Recherches utilisées pour cet article :doudou eft,Les points EFT en MTC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *