Une technique magique pour les calmer… qui fonctionne même en voiture

Bonjour cher parent bienveillant!

 

Dans le film « La vie est un long fleur tranquille », le « mardi, c’est ravioli ».

Ici, le mercredi, c’est taxi.

 

Enfin, ayant la chance de résider en face d’un dojo (s’il n’y avait pas la pente, il faudrait à peu près 45 secondes porte à porte), c’est surtout du taxi à pied. Mais vu que les cours s’enchaînent sans se suivre, j’ai réalisé que je marche une bonne heure chaque mercredi (youpi du sport gratuit).

Puis on fait un peu de voiture pour rejoindre la piscine qui est un peu plus loin (oui, si mes garçons ne faisaient que du judo ce serait plus simple), on poireaute le temps du cours (une demi-heure, c’est trop court pour rentrer), et enfin, enfin, l’après-midi est terminée.

 

Ah, ça, pas le temps de s’ennuyer le mercredi, d’autant qu’on cale les devoirs avec l’un pendant qu’un autre est au judo…

 

Ça roule plutôt bien, sauf que les garçons ne se défoulent pas beaucoup dehors (le judo, apparemment, ça ne leur suffit pas). Du coup il arrive toujours un moment où ils s’ennuient, se chipotent… et où le risque que ça parte en sucette est élevé.

C’est dans ces moments-là que je dégaine mon arme fatale: je leur raconte une histoire.

 

Dans mes histoires il y a toujours des petits lapins. Et des parents lapins.

Ce jour-là, les petits lapins étaient vraiment sots, à se chamailler sur la banquette arrière de la voiture. Alors la maman lapin les a fait tomber par la portière de la voiture. Et ils ont roulé, roulé, roulé… jusqu’à atterrir dans une mare, où des canards ont commencé à les grignoter.

Bon, après la maman lapin s’en voulait, alors elle a demandé de l’aide au papa lapin, qui a fait appel à madame la fouine, l’enquêtrice…

Et tout est bien qui finit bien.

 

Les êtres humains adorent les histoires (c’est comme ça qu’on apprend le mieux). Et les enfants, qui sont câblés pour apprendre à vitesse grand V, sont encore plus friands d’histoires que nous.

Il suffit de dire « il était une fois… » et hop, comme une baguette magique ils se calment, se posent, et écoutent.

 

Et pour ceux qui auraient peur de manquer d’imagination, il n’est pas nécessaire d’aller très loin. Ils m’agaçaient, à se chamailler sur le siège arrière. Alors j’ai raconté ce que j’étais très tentée de faire moi-même! En transposant à une famille de lapins, ils savent que c’est « pour de faux », que c’est une histoire. Mais ils savent aussi que ça parle d’eux (il faut obligatoirement 3 petits lapins dans mes histoires, sinon ça ne colle pas).

 

Au final, au lieu de hurler « vous allez arrêter de vous chamailler, oui! » ou « laisse ton frère tranquille!!! », d’avoir mon attention sans cesse détournée de la route par leurs cris, j’ai bénéficié d’un trajet tout calme, où j’ai pu, en prime, extérioriser l’agressivité qui montait en moi (et donc me calmer aussi), sans faire de mal à mes enfants.

Bilan: 1 maman et 3 enfants heureux! Et la certitude que si je peux le faire, vous le pouvez aussi! (je sens qu’il va y avoir pleins de petits lapins à qui il va arriver des choses…)

 

Belle journée,

 

Caroline, la coach des parents bienveillants

https://moiparentbienveillant.com

 

PS: cette p’tite histoire vous a plu? Partagez-la! Vous découvrez les p’tites histoires? Venez faire un tour sur le blog: https://moiparentbienveillant.com. Vous pouvez aussi épingler l’image ci-dessous sur Pinterest, pour retrouver cet article facilement.

PPS: Pour réussir à calmer ses enfants, la première étape c’est d’être suffisamment calme soi-même. C’est pour ça que j’ai créé un programme de 21 jours pour cesser de crier sur ses enfants. Pour comprendre pourquoi on crie, et puis pour apprendre à s’apaiser, avant de découvrir des techniques pour augmenter ses compétences parentales! Il est vraiment chouette, cliquez ici pour le découvrir!

Pas toujours facile de calmer ses enfants, surtout quand ils ne peuvent se défouler comme ils auraient besoin. Voici une technique de sioux que j'utilise souvent, toujours avec une grande réussite!
Pas toujours facile de calmer ses enfants, surtout quand ils ne peuvent se défouler comme ils auraient besoin. Voici une technique de sioux que j’utilise souvent, toujours avec une grande réussite!
0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.