Qu’attendez-vous de vos enfants?

Bonjour cher parent bienveillant!

 

Quand un couple décide d’avoir un bébé, le plus souvent, il a des attentes sur ce bébé.

C’est que rares sont les parents qui accueillent leur bébé sans aucune attente.

 

J’en entends d’ici qui disent: « oh ben moi, non, hein, je n’avais aucune attente, garçon ou fille, du moment que le bébé était en bonne santé… »(en fait il y a bien une attente, que l’enfant soit en bonne santé).

Déjà à l’échographie, il peut être différent de nos attentes (aïe, une nuque un peu épaisse; zut, encore un enfant du même sexe que les précédents; bizarre son nez, il semble bien gros par rapport au reste).

Et puis l’enfant naît.

Il ne dort pas comme on aurait espéré.

Il a des petits boutons, des rougeurs (évidemment on n’avait visualisé qu’une peau rose et fraîche qui « sent le bébé »).

Ses dents mettent vraiment du temps à pousser, d’après vos différentes lectures il est en retard de 2 mois (et surtout, le petit de votre meilleure copine, qui a à peine 1 mois de plus, a déjà la bouche pleine de dents).

Elle parle déjà à 1 an! Des phrases complètes! Cela dépasse vos attentes, de loin, mais… est-ce normal? Et puis, quelle pipelette!

 

Le hic, c’est que chaque fois que vous avez une attente, et que la réalité ne valide pas cette attente, cela vient créer un stress en vous. Une inquiétude (votre enfant est-il normal?).

Et parfois, cela crée de la frustration. Qui dérive en colère.

 

Parce qu’après avoir répété à chaque repas pendant de nombreuses années (ça fait un paquet de répétitions), qu’on ne mangeait pas avec ses doigts, qu’on restait assis les deux fesses sur sa chaise, et qu’on mangeait au-dessus de son assiette pour éviter d’en mettre partout, vous vous attendez à ce que ça soit rentré dans le crâne de vos enfants.

Sauf que la réalité, c’est que les enfants ont beaucoup de mal à rester assis; que manipuler des couverts est tout de même beaucoup moins pratique pour manger (après tout, il n’y a que quelques centaines d’années, à l’échelle humaine, qu’on utilise des couverts); et qu’éviter de faire tomber des débris de nourriture sur le sol est le cadet des soucis d’un enfant quand son frère fait le zouave et qu’il doit tourner la tête pour mieux l’observer.

 

Quand nos attentes sont éloignées de la réalité, nous avons deux possibilités.

Soit nous battre contre la réalité pour tenter, tant bien que mal, de la faire coller à nos attentes (c’est ce que certains parents font, en usant d’autorité et en « dressant » leurs enfants à coups de menaces, chantages et punitions).

Soit réviser nos attentes pour qu’elles collent à la réalité (je trouve cette voie beaucoup plus sereine, moins énergivore, et plus propice à renforcer le lien parent-enfant).

 

Attention, cela ne veut pas dire lâcher tous nos principes. Dans le cas de la tenue à table, revoir mes attentes pour qu’elles collent à la réalité peut se traduire par:

– accepter qu’il va falloir répéter les règles pendant un temps encore indéterminé;

– instaurer un tour de rôle de balayage du sol après dîner pour que chaque enfant prenne conscience des conséquences de ne pas manger au-dessus de son assiette;

– s’assurer que le temps de repas reste court pour limiter la bougeotte ou autoriser les sorties de table entre deux plats, voire permettre de manger debout.

 

Lâcher ses attentes pour revenir à la réalité est une des clés pour être heureux. Si vous n’attendez rien de la vie, alors tout est un cadeau. Vous pouvez vous émerveiller.

Vous en doutez? Réfléchissez. Je suis sûre que vous allez trouver un sujet où vos attentes pour vos enfants ne sont pas corrélées à la réalité. Vous savez, CE truc qui vous agace au plus haut point que vos enfants font (ou ne font pas)…

 

Lâchez vos attentes, revenez à la réalité. Ça rend vraiment la vie plus belle.

 

Belle journée,

 

Caroline, la coach EFT des parents bienveillants

https://moiparentbienveillant.com

 

PS: vous avez aimé cette p’tite histoire? Partagez-la! Vous pouvez aussi épingler l’image ci-dessous sur Pinterest pour la retrouver facilement. C’est votre première? Venez donc faire un tour sur le blog (https://moiparentbienveillant.com), il y en a plein d’autres!

PPS: faire la chasses à nos attentes sur les autres ou sur nous (nos attentes sur nous sont parfois les plus exigeantes!), c’est le sujet du prochain Atelier du Parent Bienveillant, qui aura lieu vendredi de 12h30 à 13h30. C’est en ligne et pour s’inscrire, c’est ici!

Nos agacements sont (plus souvent qu'on le croit) liés à la différence entre nos attentes et la réalité. Bien sûr, on peut se battre pour faire rentrer la réalité dans nos attentes. Ou on peut choisir une voie plus heureuse...
Nos agacements sont (plus souvent qu’on le croit) liés à la différence entre nos attentes et la réalité. Bien sûr, on peut se battre pour faire rentrer la réalité dans nos attentes. Ou on peut choisir une voie plus heureuse…
0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.