Comment ne pas faire de différence entre nos enfants?

Bonjour cher parent bienveillant!

 

Tous les parents de plus d’un enfant le savent: ils ont beau avoir un paquet de gènes en commun, ils peuvent se révéler tellement différents pour que pour les parents, cela devient difficile de ne pas faire de comparaisons.

Par exemple, l’aîné semble disposer d’une réserve d’énergie sans fonds, alors que le cadet, par comparaison, semble toujours fatigué.

L’un explose les résultats en sport, l’autre se réfugie dans la lecture.

L’un est hyper doué pour se faire des amis, au point de se débrouiller pour « voler » les amis de l’autre.

L’un semble « lunaire », dans son monde, parlant peu, l’autre monopolise l’attention sans même le faire exprès, avec des choses intéressantes et drôles à dire.

 

Là où ça devient compliqué, c’est quand la différence est tellement criante que le cadet « dépasse » son aîné, ou quand il s’agit de jumeaux et que l’un des deux semble tellement plus « bébé » que l’autre.

Difficile dans ces cas-là de rester objectif, et surtout, comment féliciter l’un sans donner à l’autre le sentiment de l’enfoncer encore plus?

 

La solution: cesser de féliciter ses enfants (en mode « je suis fier de toi » ou « tu es le meilleur »), et plutôt souligner ce qui a contribué à la réussite (peu importe le niveau de réussite, c’est l’engagement qui compte).

Avec plusieurs enfants, surtout quand l’un « dépasse » l’autre dans de nombreux domaines, chercher à mettre en lumière les compétences propres à chaque enfant.

Et toujours, toujours, rester factuel.

 

Par exemple: « waouh, j’ai bien vu qu’à un moment c’était dur, mais tu as tenu bon jusqu’au bout, bravo, voilà ce que j’appelle de la détermination, tu dois être fier de toi ».

Ou: « quelle belle capacité tu as à te faire des amis! Saurais-tu m’expliquer comment tu fais? C’est un don que tout le monde n’a pas, tu sais »

Ou encore: « J’aime te voir jouer, longtemps, à t’inventer des histoires avec tes figurines. Ton monde imaginaire est visiblement très riche, ça fait plaisir à voir. »

Ou encore: « Eh bien, quel boulot! Tu as trouvé une place à chaque objet dans ta chambre, elle est rangée! Tu dois avoir beaucoup de plaisir de voir le résultat de ton travail! »

 

Et même si votre enfant ne réussit pas, vous pouvez insister sur ce qu’il a appris. Par exemple:

« Ah, oui. Faire de grands gestes à côté de son bol ça peut le renverser. Bon. Comment on fait pour réparer les dégâts? Eponger et essuyer? Oui, bravo! Tiens, voici l’éponge, je te laisse faire. »

« Et voilà. Tirer chacun de votre côté sur le magazine ça le déchire en deux. Zut. Et si on le réparait? De quoi on a besoin? Du scotch? Oui, merci mon grand, apporte-moi le scotch, et toi, tu vas me préparer des bouts de scotch. »

 

Dernière astuce pour éviter de faire des différences entre vos enfants (surtout quand l’un des deux est déjà en manque d’estime de lui-même): jouez, le plus possible, à des jeux coopératifs, ou débrouillez-vous, si ce sont des jeux « compétitifs », pour que vos enfants soient ensemble contre vous, et valorisez leurs forces respectives qui les conduisent à gagner (laissez-les gagner!).

 

Enfin, si on juge tous les animaux à leur capacité à grimper aux arbres, la vie sera plus difficile pour un dauphin ou un cheval que pour un singe ou un chat. Alors cessez de juger les résultats de vos enfants selon la même grille de référence, et apprenez plutôt à voir la beauté et la spécificité de chacun (votre dauphin n’égalera jamais votre chat pour grimper aux arbres et attraper des souris, mais il pourrait bien vous surprendre dans sa capacité à nager vite et loin sous l’eau…)

 

Belle journée,

 

Caroline, la coach des parents bienveillants

https://moiparentbienveillant.com

 

PS: Vous avez aimé cette p’tite histoire? Alors envoyez-la à un.e ami.e, ou partagez-la! Vous pouvez aussi épingler l’image ci-dessous sur Pinterest pour la retrouver facilement. C’est votre première p’tite histoire? Il y en a plein d’autres sur le blog: https://moiparentbienveillant.com

PPS: Pas facile de trouver les mots justes pour aider son enfant à reprendre confiance en lui. Heureusement, vous pouvez utiliser votre joker, et faire appel à moi pour vous donner plein d’idées! Pour réserver une séance découverte, cliquez ici!

Quand on a plus d'un enfant, parfois ça saute aux yeux: l'un remplit tous nos critères de réussite, tandis qu'un autre... ben c'est pas ça. Alors comment ne pas faire de différences entre ses enfants?
Quand on a plus d’un enfant, parfois ça saute aux yeux: l’un remplit tous nos critères de réussite, tandis qu’un autre… ben c’est pas ça. Alors comment ne pas faire de différences entre ses enfants?
0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.