C’est qui qui décide?

Bonjour cher parent bienveillant!

 

En ce moment je travaille (pour moi) sur la notion de responsabilité.

Quoi qu’il arrive, nous sommes responsables de notre vie. De nos émotions, de nos pensées, de nos actes… donc de nos expériences et, in fine, de notre bonheur.

Tout part d’une décision.

 

Avec les enfants, c’est fou comme ça fonctionne bien… voici un exemple.

C’est le soir, vos enfants sont fatigués, vous aussi.

Face à cette situtation, vous avez le choix.

Le choix de les houspiller pour faire le bain, se mettre en pyjama, tout en préparant un repas « sain » qu’ils vont repousser d’un air dégoûté… la soirée risque fort de se terminer par des cris, des fessées et encore plus de fatigue qu’auparavant.

Ou le choix de passer un moment à regonfler le réservoir d’amour de tout le monde par un temps de câlin ou de chatouilles sur le lit, suivi d’une mise en pyjama sans passer par la case « bain » (qui peut attendre le lendemain), avant de grignoter un pique-nique improvisé sur le sol de la cuisine avec les restes de la veille… probable que toute la famille se sente beaucoup mieux et s’endorme facilement.

 

Alors, j’en entends d’ici qui vont me dire « oui, mais… on n’a pas toujours l’énergie, ou l’envie… »

C’est vrai. Je peux comprendre qu’on préfère passer une sale soirée avec ses enfants.

Pour pouvoir mieux se plaindre le lendemain à la machine à café qu’on a vraiment une vie pourrie, des enfants de m… et un conjoint dont il vaudrait mieux divorcer.

Ah, c’est pas ça votre idée de la vie? Il me semblait bien. Alors relisez quelques lignes plus haut: tout part d’une décision. La décision d’être responsable de sa vie, d’être responsable de sa relation avec les autres, notamment ses enfants.

 

Dans la relation à l’autre, chacun est responsable de sa part. C’est vrai aussi avec les enfants, mais il ne faut pas oublier que contrairement aux adultes, ils sont encore en apprentissage des relations humaines.

On ne peut donc pas compter sur eux pour prendre leur part à 100%, de la même façon qu’on ne peut attendre d’un enfant de CP qu’il rédige un roman. Ou d’un petit de 15 mois qu’il coure le marathon.

En plus, les petits modélisent leur comportement sur celui de leurs parents… La relation avec votre enfant est donc une occasion en or de vivre le fameux « effet miroir » que les thérapeutes et coachs offrent aux personnes qu’ils accompagnent.

 

Car, souvent, ce qui nous énerve le plus chez l’autre… c’est le défaut qu’on refuse de voir chez nous!

Alors, s’il arrive que votre enfant ait un comportement qui vous met hors de vous, faites une pause. Demandez-vous pourquoi son comportement vous active autant.

Possible que ça vienne d’un élastique du passé: dans ce cas l’EFT peut vraiment vous aider.

Possible que ça soit juste le reflet d’un comportement que vous avez sans vous l’avouer… Dans ce cas prenez la responsabilité de votre vie en décidant… soit d’assumer ce comportement, soit de le changer (on ne peut changer que ce que l’on a identifié).

 

Alors… c’est qui qui décide?

Belle journée!

 

Caroline, la coach des parents bienveillants

https://moiparentbienveillant.com

 

PS: vous avez aimé cette p’tite histoire? Partagez! Vous découvrez? Venez faire un tour sur le blog: https://moiparentbienveillant.com Vous pouvez aussi épingler l’image ci-dessous sur Pinterest, pour retrouver cet article facilement.

PPS: pas toujours facile de prendre la décision d’être responsable de la relation avec son enfant. Surtout quand on a tellement été habitué à dire « ils me font suer », « ils m’obligent à crier », « ils sont insupportables »… Mais je vous assure, ça change la vie! Si vous avez envie que je vous aide sur ce chemin, cliquez ici!

Ce qui fait notre force, c'est notre capacité à pouvoir décider de notre vie. Car en décidant nos pensées, en choisissant de s'accrocher à certaines émotions plutôt qu'à d'autres, et en décidant d'agir ou non, on est responsable de sa vie... et de notre relation aux autres, nos enfants inclus. Alors, c'est qui qui décide?
Ce qui fait notre force, c’est notre capacité à pouvoir décider de notre vie. Car en décidant nos pensées, en choisissant de s’accrocher à certaines émotions plutôt qu’à d’autres, et en décidant d’agir ou non, on est responsable de sa vie… et de notre relation aux autres, nos enfants inclus. Alors, c’est qui qui décide?
0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.