C’est pas ma copine!

Bonjour cher parent bienveillant!

 

Quand je croise, avec mon benjamin, un enfant de sa classe, et que je dis « tiens, c’est ton copain (ta copine) », il a vite fait de me reprendre si ce n’est pas l’amour fou avec cet autre enfant: « c’est pas ma copine! »

A mon grand dam bien sûr, car d’un côté je ne veux pas empêcher mon fils d’être honnête avec ses sentiments (il a le droit de ne pas trop aimer certains enfants).

Du coup, je me refuse à le gronder pour ça, à lui nier « dis pas ça, bien sûr que c’est ta copine » ou à émettre un jugement « c’est méchant de dire ça! ».

Mais d’un autre côté, ça me fait de la peine pour l’enfant qui reçoit le rejet (mon cadet a sangloté un soir pendant de longues minutes parce que son seul copain d’alors, en petite section, lui avait dit qu’il n’était plus son copain!), et j’éprouve de la honte vis-à-vis du parent qui entend ça.

 

Je réfléchissais à cette situation l’autre jour, et tout à coup j’ai compris que le problème venait de ma phrase.

Quand je dis « c’est ta copine », je pense surtout « c’est une petite fille de ta classe ». Mais mon fiston entend plutôt ça: « c’est ta copine, celle avec qui tu aimes jouer et passer du bon temps, avec qui tu rigoles ».

 

C’est que comme souvent, les comportements de nos enfants qui nous déplaisent ne sont en réalité que des réactions à nos propres actions, ou à nos mots (la solution? Prendre garde à nos mots, car ils en ont encore une compréhension très littérale).

Mais parfois, il arrive que notre enfant, sans qu’on ait rien dit, clame haut et fort qu’il n’aime pas tel ou telle enfant, en leur présence (et celle de leurs parents).

 

Dans ce cas-là, voici une réaction à tester.

Mettez-vous à sa hauteur, et parlez doucement (ce qui l’incite à faire de même).

Demandez-lui pourquoi il a dit ça (souvent c’est parce qu’une bagarre a eu lieu et que votre enfant a besoin de justice).

Ecoutez les émotions sous les faits et abstenez-vous de lui faire remarquer que si cette fois-ci, il a été victime, vous vous souvenez d’une fois où c’est lui qui a été l’agresseur.

Reformulez: « oh, tu as dû te sentir triste à ce moment-là, peut-être que tu as eu mal… et tu es en colère maintenant, tu avais besoin qu’elle entende que ce n’est pas ta copine, c’est bien ça? »

Une fois bien écouté, votre enfant devrait être plus calme. Vous pouvez alors lui parler de ce que vous ressentez, vous, quand vous l’entendez dire ça tout fort devant l’enfant en question.

Vous pouvez dire que ça vous gêne (parce qu’en société, on évite de dire des vérités qui font mal aux autres), que ça vous attriste (parce que vous aimeriez que votre enfant soit copain avec tous les enfants de sa classe, même si vous savez que c’est impossible), que ça vous fait un peu peur (que votre enfant n’ait pas de copain du tout).

Et souvenez-vous qu’il vaut mieux être vrai que gentil. Mieux vaut que votre enfant dise la vérité de ses sentiments, plutôt qu’un mensonge (avec des coups bas par derrière). A moins que vous ne vouliez en faire un hypocrite?

 

Belle journée,

 

Caroline, la coach EFT des parents bienveillants

https://moiparentbienveillant.com

 

PS: vous avez aimé cette p’tite histoire? Partagez-la! Vous découvrez? Venez faire un tour sur le blog (https://moiparentbienveillant), il y en a plein d’autres… Vous pouvez aussi épingler l’image ci-dessous sur Pinterest pour retrouver cette p’tite histoire facilement!

PPS: si vous sentez que vous sur-réagissez à certains comportements de votre enfant (notamment quand il dit tout fort qu’il n’aime pas un enfant, en sa présence), c’est un signal qu’un épisode de votre passé requiert votre attention. Quelques rondes d’EFT et vous pourriez bien être beaucoup plus zen la prochaine fois… Qu’est-ce que vous risquez, à part vous faire du bien, à vous et à votre famille… Cliquez ici!

On ne peut pas forcer nos enfants à aimer les autres enfants de leur classe. Mais parfois, ça peut être inconfortable de les entendre dire très fort qu'ils n'aiment pas cet enfant-là, qui se trouve juste à côté (avec son parent en prime!)
On ne peut pas forcer nos enfants à aimer les autres enfants de leur classe. Mais parfois, ça peut être inconfortable de les entendre dire très fort qu’ils n’aiment pas cet enfant-là, qui se trouve juste à côté (avec son parent en prime!)
0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.