21 jours pour cesser de crier sur ses enfants – Ou comment agir pour que les enfants soient enfin gentils et coopératifs sans être obligé de s’énerver

 

 

C’est devenu la référence pour pouvoir se définir comme un « bon » parent…

De quoi je veux parler ?

De la parentalité bienveillante.

En gros, savoir élever ses enfants sans leur crier dessus (ou pire).

 

Que ce soit le matin quand vous êtes en retard pour l’école.

Ou le soir, au moment des devoirs.

Quand il faut faire le bain au petit dernier qui hurle pour y entrer… puis pour en ressortir.

Ou le week-end, quand vous aviez prévu de dormir un peu plus longtemps, et qu’ils ont décidé de jouer à la bagarre avec les épées star wars reçues à Noël (celles qui font de la lumière… et beaucoup de bruit).

 

Sans ça ?

 

Vous pouvez les aimer jusqu’à la lune (et retour), vos enfants.

Vous pouvez leur faire les meilleurs repas du monde, bien équilibrés.

Vous pouvez être toujours là pour eux, quand ils sont malades.

D’ailleurs, vous avez été là pour les nuits pourries, les dents qui poussent, vous avez changé au moins 89% de leurs couches (les autres, c’est le papa, les grands-parents, les nounous ou le personnel de la crèche).

Vous êtes d’ailleurs pleine de bonne volonté, vous avez lu tous les livres de parentalité bienveillante.

Chaque matin, vous vous levez décidée à ne pas crier.

 

Mais vous n’y arrivez pas.

 

Tout simplement parce qu’il vous manque un truc.

 

Tant que vous ne saurez pas COMMENT agir avec vos enfants pour qu’ils obéissent du premier coup…

Vous êtes condamnée à continuer de crier (et à vous dire que vous êtes la pire des mères).

 

Et vous savez que parfois, à force de crier vous finissez par en arriver à la fessée… Et la culpabilité vous ronge.

 

Vos enfants méritent beaucoup mieux que ça.

Et vous voulez devenir cette maman zen, qui sait poser un cadre sans s’énerver.

 

Le GROS problème ?

C’est que c’est chaque jour plus difficile.

 

Vous l’avez forcément remarqué :

A force de crier, vos enfants ne vous écoutent même plus quand vous parlez doucement.

Ils grandissent, et bientôt avec la pré-adolescence même vos cris ne fonctionneront plus du tout.

Ils se moquent de votre chantage, ou alors ils vous en font eux aussi.

 

Le truc c’est que peu à peu, vous êtes entrée dans une sorte de cercle vicieux dont il est difficile de sortir seule.

Et qu’il n’y a personne autour de vous pour vraiment vous aider.

Votre chéri vous dit que vous êtes trop gentille.

Vos parents vous regardent vous débattre avec vos enfants en vous disant que vous devriez être « un peu plus sévère ».

 

Avec les copines vous préférez en rigoler, vous dire que vous avez juste les pires enfants du monde.

Mais ça n’aide pas quand vous hurlez pour la 10ème fois de la journée.

 

Vous voudriez juste pouvoir passer une journée avec vos enfants sans vous énerver.

 

Qu’ils fassent simplement ce que vous demandez, pour pouvoir passer du bon temps ensemble.

Parce que ça, vous en rêvez : entendre leurs rires, jouer avec eux, leur faire des câlins.

 

Au lieu de ça on dirait qu’ils prennent un malin plaisir à faire les idiots…

… à sauter sur le canapé alors que vous leur avez dit 18 000 fois de ne pas le faire.

… à courir partout dans l’appartement à 6h du matin alors que les voisins du dessous vous ont déjà fait des remarques.

… à jouer avec la nourriture et à en mettre partout.

… à réclamer, réclamer encore, de l’attention quand vous n’en pouvez plus et que vous n’avez plus qu’une envie, DORMIR.

 

Et là vous vous dites : « OK, mais je fais comment ? »

 

Ça tombe bien, je comptais vous le dire ! 🙂

 

La première clé, c’est de comprendre que vos enfants ne veulent pas vous embêter, ils veulent juste jouer, rire et faire des choses.

Vous voulez être à l’heure à l’école ? Trouvez un moyen de les faire jouer à se préparer en un temps record.

Il reste plusieurs heures de trajet et ils s’ennuient ? Racontez des blagues pour les faire rire.

Le petit vous tanne pour jouer aux petites voitures alors que vous avez une montagne de linge sale ? Proposez-lui de vous aider : il va adorer faire.

 

Ils ont tout à apprendre, alors ils expérimentent.

 

Vous voir crier quand ils ont fait une bêtise ?

Ça les fait marrer parce que ça leur confirme un truc qu’ils voulaient probablement vérifier (ce qu’ils ont fait entrait bien dans la case « bêtise »).

Ou alors c’est une tentative (maladroite) de vous dérider (peut-être que si je rigole, maman va rire aussi?).

 

Mais en fait, ils vous aiment, vraiment.

Vous êtes leur maman chérie.

Alors ils savent qu’ils peuvent tout se permettre avec vous.

Ils savent que vous les aimerez toujours.

 

S’ils en doutaient, ils seraient plus « sages ».

Comme avec votre chéri, ou vos parents, qui vous disent : « c’est un ange avec moi ! ».

 

C’est normal donc qu’ils soient plus « durs » à gérer avec vous.

Est-ce que c’est chiant ?

Oui.

Mais c’est aussi une formidable occasion de devenir une meilleure version de vous-même.

 

Parce que quand vous criez, ce n’est pas bon pour eux, pour le développement de leur confiance en eux.

 

Mais c’est surtout très mauvais pour vous.

Si vous voulez vieillir plus vite et prendre du poids, continuez de stresser et vous énerver comme ça.

Non? Plutôt envie d’éviter quelques kilos et rides inutiles? Alors continuez de lire ! 😉

 

La deuxième clé, c’est de comprendre que tout se joue en vous.

C’est VOUS qui décidez de vous énerver.

 

Une autre personne, dans la même situation, pourrait réagir autrement.

 

Si, si. Je connais des parents que ça fait marrer de voir leur enfant courir pieds nus dans le jardin. D’autres seraient hyper énervés car ils leur auraient déjà dit dix fois de remettre leurs chaussures.

Quand un enfant tombe et se fait mal, je vois des parents qui commencent à l’engueuler, là où d’autres chercheraient simplement à le consoler.

 

On a souvent tendance à juger que l’autre est responsable de notre état émotionnel intérieur.

Mais c’est faux. Nous sommes seuls responsables de comment on réagit face à une situation extérieure.

 

L’énorme avantage de ça, c’est qu’il suffit de changer son regard sur la situation pour que notre état émotionnel soit plus apaisé.

 

Le hic c’est que personne ne nous a appris à bien gérer nos émotions.

Et qu’en matière d’éducation, on n’a en général qu’un modèle plutôt autoritaire avec cris, chantage, punitions.

 

Du coup vous voudriez bien pouvoir réagir autrement.

Vous rêveriez de savoir comment transformer votre petit démon qui hurle de frustration en un petit garçon gentil prêt à vous aider à préparer le repas (c’est tellement simple quand on sait utiliser les bons leviers !).

 

Mais c’est plus fort que vous.

Vous sentez bien parfois que vous perdez le contrôle.

Que vous agissez à des années-lumière de comment vous voudriez agir.

 

Et vous vous en voulez.

Mais vous n’êtes toujours pas plus avancée.

 

C’est pour ça que j’ai créé cette formation pour vous aider sur tout ça.

Ce qu’on va faire ensemble ?

Je vais vous montrer toutes les méthodes et astuces que j’utilise pour ne plus être obligée de crier sur mes enfants.

Sans allumer la télé, sans faire de chantage et sans lâcher les règles auxquelles je tiens.

 

Ces méthodes sont adaptées à la vie chargée d’une mère de famille. Simples à mettre en œuvre, rapides, elles vont vraiment vous aider à transformer votre quotidien.

Vos enfants, libérés du stress de vous entendre crier, seront plus autonomes, plus joyeux, et plus coopératifs.

De votre côté, vous aurez la satisfaction de constater que vous êtes une bonne mère, celle que vous rêviez d’être !

 

Ces méthodes vous aideront aussi dans vos autres relations, au travail, avec votre chéri, votre belle-mère…

 

En bref, une fois que vous maîtriserez ces outils, vous allez atteindre le Graal de la parentalité bienveillante et positive : savoir gérer toute situation délicate avec votre ou vos enfants… pour revenir au calme, au rire et/ou à la coopération en un temps record et sans passer par la case « cris ».

 

Ça peut vous paraître très difficile de faire ça.

Et carrément impossible d’y parvenir presque à chaque fois.

 

C’était le cas de toutes les personnes à qui j’ai présenté mes techniques de parentalité.

Sans exception.

 

Mais avec le temps, ça devient vraiment facile.

Exactement comme un petit enfant prend son temps pour faire ses premiers pas.

Alors que dès qu’il a commencé à marcher un peu, avec l’habitude, il se met vite à courir.

Parce que ça devient naturel.

Et presque inconscient.

 

Je ne vais pas vous mentir :

Oui, quelqu’un qui est naturellement à l’écoute de ses ressentis, doué pour savoir prendre du recul sur les situations, ou qui a bénéficié d’une éducation basée sur la confiance plutôt que sur le contrôle, réussira forcément plus vite à utiliser mes techniques avec succès.

 

Mais ne croyez pas que c’est foutu si vous avez été élevée avec des cris et des fessées, ni que vous ayez besoin d’un doctorat de psychologie, d’une licence en communication ou d’une patience d’ange pour réussir à cesser de crier sur vos enfants.

 

C’est beaucoup plus une question de méthode et d’entraînement que de talent inné ou d’histoire personnelle.

 

L’avantage, c’est que nos enfants nous donnent souvent l’occasion de nous entraîner !

 

Le hic, c’est quand vous ne saisissez pas cette répétition d’occasions pour changer.

Un peu comme si un matin vous tombiez dans une mare de boue. Vous vous en extrayez péniblement et vous vous jurez qu’on ne vous y prendra plus.

Mais le lendemain matin, vous tombez à nouveau de dedans.

Et le surlendemain également.

Vous finissez par la voir venir, la mare de boue.

Mais vous ne savez pas comment faire pour l’éviter.

 

C’est ça que je veux vous aider à faire : repérer la mare de boue de loin, ET l’éviter.

 

C’est pour ça que j’ai créé cette formation où je partage en détail avec vous exactement tout ce dont je viens de vous parler.

Si ça vous tente, on va passer 21 jours ensemble, et je vais vous montrer exactement…

…pourquoi on crie au fond (indice: c’est pas vraiment à cause de nos enfants), et comment changer la donne pour mettre toutes les chances de son côté

…mes outils pour m’apaiser – ceux qui marchent ! J’en ai testé beaucoup et je n’ai gardé que ceux qui étaient vraiment efficaces

…mes techniques pour augmenter la compétence parentale : en gros, comment agir en amont pour ne plus en venir aux cris

 

De façon à ce que vous puissiez faire exactement la même chose à votre tour.

Vous n’imaginez même pas je pense à quel point ça peut changer votre vie, celle de vos enfants et même celle de votre conjoint si vous utilisez ces méthodes-là.

 

Mais vous pouvez tester pour voir, et vous rendre compte par vous-même…

… en cliquant tout de suite sur ce lien pour commencer la formation « 21 jours pour cesser de crier sur ses enfants ou comment agir pour que les enfants soient enfin gentils et coopératifs sans être obligée de s’énerver »

 

Dans cette formation, je vais non seulement vous détailler toutes mes astuces.

Mais je vais aussi vous donner des exercices concrets pour plus de zénitude au quotidien.

 

Je vous partage notamment comment…

… gérer une crise avec l’EFT

… méditer chaque jour grâce à deux audios de méditation guidée de 7 minutes chacune

… lâcher le syndrome de la mère parfaite qui nous pourrit la vie

… accueillir les émotions des enfants

… se booster avec le cahier de succès

Et bien plus encore…

 

Tout ça vous pouvez y accéder tout de suite en cliquant sur cette page pour profiter du tarif de lancement de la formation

(Profitez-en pendant qu’il en est encore temps !)

 

 

214 Partages